jeudi , 23 janvier 2020
Flash Info :
Accueil ==>> A La Une ==>> La campagne électorale 2018 a officiellement démarré le dimanche 8 juillet 2018. Sur 24 candidats en compétition pour le scrutin, 7 ont personnellement signé le code de bonne conduite
La campagne électorale 2018 a officiellement démarré le dimanche 8 juillet 2018. Sur 24 candidats en compétition pour le scrutin, 7 ont personnellement signé le code de bonne conduite

La campagne électorale 2018 a officiellement démarré le dimanche 8 juillet 2018. Sur 24 candidats en compétition pour le scrutin, 7 ont personnellement signé le code de bonne conduite

La campagne électorale pour l’élection du président de la république a officiellement démarré le dimanche 8 juillet 2018. 24 candidats sont en compétition pour le scrutin qui se tiendra le 29 juillet 2018. C’est dans un climat socio-politiquetendu que le Code de Bonne Conduite a été soumis, le vendredi 6 juillet, à la signature des partis politiques et des candidats aux diverses consultations électorales au Mali à l’hôtel Radisson Blu. Ce code est l’œuvre du National Democatie Institute (NDI) en partenariat avec le Projet Partenariat pour le Renforcement des capacités des partis politiques, actuellement CMDID.

Plusieurs candidats et partis politiques ont répondu à l’invitation de l’ONG internationale NDI. Sur les 24 candidats en lice, 7 ont personnellement répondu présents parmi lesquels : Mme Kanté DjénébaNDiaye, Moussa Sinko Coulibaly, Mohamed Ali Bathily, Kalifa Sanogo, Modibo Kadjogué, Mamadou Sidibé et Yéa Samaké. Les autres se sont fait représenter ainsi que les partis politiques.

Des institutions nationales et internationales, ambassadeurs, la société civile, des journalistes ont assisté à la cérémonie dans la grande salle de conférence de l’hôtel.

Dans son discours d’ouverture, le directeur résident du NDI, Dr Badié Hima, rendu hommage à l’ensemble des candidats et des leaders des partis politiques pour l’engagement que dénote leur présence à une heure cruciale du lancement de la campagne électorale.

Une jeune femme surnommée Electe (dérivé d’élection), de son vrai nom Koumba Kanté, a été citée par Dr Badié comme l’incarnation du processus électoral. Elle représente l’ensemble des électeurs et particulièrement la jeunesse, la femme, les groupes vulnérables, ceux qui doivent être au centre des projets de société et des programmes de gouvernance des candidats et des partis politiques. Le directeur résident l’a présentée comme le témoin de l’engagement solennel que candidats et partis politiques prendront ce jour à travers l’acte de signature. Engagement pris devant ceux que le NDI et le CMDID qualifient de « grands témoins », c’est-à-dire les institutions nationales et internationales. C’est cette jeune qui a été chargée de soumettre le document à signer aux acteurs.

Signature du code de bonne conduite

Les candidats ont été appelés, un à un, à signer le code de bonne conduite devant plusieurs caméras et appareils photos. Ceux qui étaient présents ont apposé leur signature, les autres qui manquaient à l’appel ont fait parapher le document par leurs mandataires.Un représentant a signé au nom du candidat Ibrahim Boubacar Keïta. Il est à rappeler qu’il y avait deux signatures à faire : au nom du candidat et au nom de son parti politique.

Le ministre de l’administration territoriale a, dans son discours, affirmé que la signature de ce code n’impliquait aucune sanction, mais qu’il s’agissait d’un engagement volontaire. Il a déclaré que chaque Malien à l’obligation de respecter ce qu’ils ont tous en commun, c’est-à-dire le Mali.

Une ambiance forgée par le maitre de cérémonie

L’atmosphère dans la salle de conférence a été marquée par des murmures de désapprobation et même hilarante à cause de quelques maladresses du maître de cérémonie qui a reconnu avoir remplacé à la dernière minute celui qui était prévu. Malgré tout, la cérémonie était chargée d’émotions et de détermination.

.La colère de BocarTréta du RPM suite au refus de certains représentants de lui céder la place

Arrivé presqu’à la fin de la cérémonie, BocarTréta du parti majoritaire a été appelé à s’approcher du présidium afin de signer le code de bonne conduite au nom du parti RPM. Les représentants des autres partis politiques qui étaient en attente n’ont guère permis de céder la place à un retardataire. D’où la colère de Tréta qui s’est empressé de s’éloigner du présidium en répétant  « je ne suis demandeur de rien, je ne suis demandeur de rien… ».Le président du RPM a attendu humblement son tour pour pouvoir signer le code de bonne conduite des partis politiques et des candidats aux diverses consultations électorales au Mali.

La rédaction

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates