dimanche , 31 mai 2020
Flash Info :
Accueil ==>> A La Une ==>> Contre la fraude électorale en Commune II : Le Regroupement des partis politiques signataires du 24 mars 2020 au front
Contre la fraude électorale en Commune II : Le Regroupement des partis politiques signataires du 24 mars 2020 au front

Contre la fraude électorale en Commune II : Le Regroupement des partis politiques signataires du 24 mars 2020 au front

« Nous n’accepterons aucun vote par procuration avec une carte d’électeur sans photo. Nous n’accepterons sous aucun prétexte des arrestations arbitraires de nos militants, moralisateurs et même de nos responsables le jour du vote », a déclaré Mme Diawara Salimata Keita, candidate de l’Urd en commune II du district de Bamako.

Le Regroupement des partis politiques signataires du 24 mars 2020 (URD, PRVM-Fasoko, RPDM, MPR, ADP-Maliba, Codem, Fares An Ka wili, APM-Maliko, Cnid et ANC) a animé le 26 mars 2020 à Missira une conférence de presse pour alerter afin de combattre les fraudes électorales.

Dans une déclaration lue par Mme Diawara Salimata Keita, candidate de l’Urd en commune II, le Regroupement des partis politiques signataires du 24 mars 2020 s’engage à unifier leur action à combattre les fraudes électorales le 29 mars 2020. Il dénonce et prend acte des nominations des seuls présidents de bureaux de vote attribuées aux seuls partis politiques RPM-MPM-Adema. « Nous exigeons le respect et l’application stricte de la loi électorale sans distinction aucune. Nous exigeons le respect strict des seuls résultats de sortie des urnes des différents bureaux de vote et affichés devant chaque bureau de vote. Nous dénonçons le caractère partisan des autorités locales en faveur de certains candidats et mettons en garde tout président de bureau qui se prêterait au favoritisme d’une liste quelconque au détriment des autres », a-t-elle souligné.

Et d’annoncer que le Regroupement des partis politiques signataires du 24 mars 2020 s’engagera aussi à entreprendre des actions de contestations en cas de non-respect et de prise en compte de nos différentes dénonciations et requêtes.

Au cours de la conférence, Tahirou Dembélé du Fares An Ka wili a indexé le président IBK par rapport à l’enlèvement de l’honorable Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition malienne dans le cercle de Niafunké.

Lassana

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates