mardi , 1 décembre 2020
Flash Info :
Accueil ==>> Sport ==>> Vingt ans de mandat : Le Comité Olympique ou les entreprises Habib Sissoko
Vingt ans de mandat : Le Comité Olympique ou les entreprises Habib Sissoko
M. Habib Sissoko

Vingt ans de mandat : Le Comité Olympique ou les entreprises Habib Sissoko

Le Comité National Olympique et Sportif du Mali (CNOSM) n’a pas fait l’objet d’un appel d’offres, en vue de sa privatisation. Du moins, pas à notre connaissance. Mais tout porte à croire qu’il est victime, depuis 20 ans, d’une OPA (Offre Publique d’Achat) qui ne dit pas son nom : il est au service exclusif de son Président, M. Habib Sissoko et de ses poulains: gestion clanique des ressources humaines et financières ; achat de conscience et de silence ; magouille et affairisme à la pelle… Tout y passe sans que cela n’offusque personne. Décidemment, le CNOSM porte les germes de sa propre destruction.

Face à la gabegie ambiante au Comité Nationale Olympique et Sportif du Mali et à l’affairisme du clan qui le dirige, il y a 20 ans (soit 5 mandats successifs et dont le 6è en cours, depuis le samedi 8 Août 2020), doit-on s’emmurer dans un silence pour éviter les foudres de sa colère ? Heureux, ceux qui se posent, encore, ces questions. Car, il y a longtemps que l’oligarchie du CNOSM a anesthésié les convictions. Avec espèces qui sonnent en trébuchant. Et partout, le même constat, l’amer constat : motus et bouche cousus. Personne pour dénoncer ces magouilles et affairisme à la pelle. On reste de marbre, face à la gestion clanique du CNOSM, face à cette gabegie ambiante qui hypothèque l’avenir des disciplines sportives du Mali.

Partout, le même silence assourdissant. Parce que le tout-puissant président du CNOSM, M. Habib Sissoko et non moins président de l’Union Africaine de Judo verse des liasses dans leurs escarcelles. Donc, il faut applaudir ses faiblesses, tolérer ses fantasmes.

Le comité olympique malien entre parenthèse

Le CNOSM est devenu, depuis  des ans, un monde à part, avec ses « dieux », ses anges, ses prophètes et ses esclaves. Un monde, avec ses lois, ses règles. Un monde dans lequel prévaut une seule règle : tous ceux, qui ne sont pas avec Habib Sissoko, sont contre nous. Alors, il faut les briser. Coûte que coûte. Et quoiqu’il en coûte. C’est tout le sens de l’affaire dite de la « gestion de la Fédération Malienne de Judo et Disciplines Associées, en abrégé, FMJDA ». Une  affaire à travers laquelle, le président d’honneur de la fédération de judo et non moins président du CNOSM et de l’Union Africaine de Judo, Habib Sissoko,  a réglé ses comptes avec certains collègues, dont le tort est d’avoir s’opposé à ses méthodes jugées cavalières. C’est exactement ce qui s’est passé dans une autre affaire : l’affaire de la gestion des fonds du Comité olympique du Mali.

Peut-on parler d’homme qu’il faut à la place qu’il faut, lorsque M. Habib Sissoko règne en maître, depuis 20 ans, sur le Comité National Olympique et Sportif du Mali ? Peut-on parler du « Mali d’abord », lorsque tout est devenu normal au CNOSM: le viol du dénier public, la corruption, le népotisme etc.

Peut-on parler de développement du sport malien, lorsque certaines organisations, comme le CNOSM sont victimes d’une OPA (Offre publique d’achat) qui ne dit pas son nom ?

Bref, le CNOSM est en proie à une gestion patrimoniale. Sauf changement, le Mali risque les jours à venir de faire le deuil de l’ensemble de ses disciplines sportives. Et le cas de la Fédération malienne de judo (FMJDA) et bien d’autres disciplines sportives sont évocateurs.

Décidemment, le CNOSM est malade. Malade de son président, M. Habib Sissoko et de ses poulains qui n’en font qu’à leur guise. « C’est fini, le CNOSM est mort ! Il n’existe que pour une poignée de membres proche du président, Habib Sissoko », confie un responsable sportif, l’air visiblement déçu. Avant de conclure : « si des changements ne sont pas apportés au sein de ce comité, les prochains jours seront durs pour les sportifs, les maliens… »

Certes, Habib Sissoko, Président du CNOSM vaut mieux que rien. Mais il reste le pire des présidents de ce comité sportif en ce qui concerne son management.

Le gouvernement va-t-il prendre des mesures pour mettre fin au clanisme et à la gabegie qui règnent au CNOSM? En tout cas, le jeu en vaut la chandelle, rien que de part les pratiques d’outre-tombe qui ont cours dans la gestion de cette faîtière sportive.

Le CNOSM est en proie à une situation sans précédent. En premier lieu, l’éthique et la déontologie sont foulées au pied depuis des lustres. L’arrivée du sieur Habib Sissoko comme président a permis une réglementation des pratiques frauduleuses au niveau  du CNOSM. Normalement,  la réglementation engendre l’application rigoureuse des normes, mais on assiste, aujourd’hui, à un népotisme et une magouille sans précédent. À qui profite ce genre d’activités mafieuses?

En clair, le Comité National Olympique et Sportif du Mali dans son histoire n’a jamais connu une telle gabegie. Pire, il n’a jamais été confié à une personnalité, aussi controversée que M. Habib Sissoko par les sportifs maliens.

En un mot comme en cent mots, le CNOSM n’a pas seulement perdu de sa superbe. Il a été vidé de son âme, vendu au diable. Et jusqu’aujourd’hui, son président, Habib Sissoko et ses « zombies » n’affichent qu’une image de ruine et de désolation. Et pour cause : jamais, les gaffes au sein de ce comité sportif malien n’ont atteint un tel degré.

Quel sont les surfacturations au sein du Comité National Olympique Sportif du Mali? Une question à laquelle nous donnerons des réponses dans nos prochaines éditions.

Nouveau Réveil

Jean Pierre James

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates