mercredi , 30 septembre 2020
Flash Info :
Accueil ==>> A La Une ==>> Situation du pays : 82% des citoyens déclarent faire au moins « partiellement confiance » aux militaires »
Situation du pays : 82% des citoyens déclarent faire au moins « partiellement confiance » aux militaires »

Situation du pays : 82% des citoyens déclarent faire au moins « partiellement confiance » aux militaires »

Le 24 août 2020, le Groupe de recherche en économie appliquée et théorique (Great) a présenté les résultats de l’Afrobaromètre sur les « perceptions des populations sur les problèmes de la nation ». Il ressort de l’enquête que les maliens font plus confiance aux leaders traditionnels et religieux, aux forces de défense malienne. L’enquête s’est déroulée du 16 mars et le 3 avril 2020 dans les 8 régions du Mali ainsi que dans le district de Bamako, sur un échantillon de 1200 personnes enquêtées. (600 hommes et 600 femmes).

Elle a concerné les gens de 18 ans ou plus. Elle retrace également les problèmes de la vie de la nation. Dans la présentation de Boubacar Bougoudogo, l’absence de confiance envers le président est plus accentuée dans les régions affectées par l’insécurité. Et les maliens controversent plus les cours et tribunaux dont la Cour constitutionnelle est plus décriée.

L’enquête démontre que plus de Maliens font partiellement ou beaucoup confiance envers les chefs traditionnels 83%, les forces de défense 82% et les leaders religieux 82% qu’au président de la République 47% et à d’autres institutions étatiques. A Gao-Kidal 23% fait confiance au président de la République, 28% à Mopti, 41% à Tombouctou, 45% à Kayes et 45% Bamako.

De 2004 à 2020, on se rend compte que la confiance envers la plupart des institutions de la vie démocratique avec ses pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires a connu des baisses importantes. L’enquête constate que les partis politiques perdent la confiance des citoyens de 2004-2012 et de 2014-2020. « Environ quatre mois avant le coup d’état d’août 2020, près de neuf Maliens sur 10 (86%) déclaraient que le pays allait dans la mauvaise direction contre 52% en 2014. Les trois quarts (74%) des citoyens trouvaient que la corruption avait augmenté au cours de l’année précédant. Plus de huit citoyens sur 10 (82%) déclarent faire au moins « partiellement confiance » aux militaires, dont 62% qui ont exprimé « beaucoup de confiance » envers les forces armées », a-t-il souligné.

Le directeur exécutif du Great, Pr. Massa Coulibaly dira que l’Afrobaromètre est un réseau de recherche africain en sciences sociales. Il mesure l’opinion publique sur les questions clés politiques, sociales et économiques. Il a invité les uns et les autres à accepter des résultats » contre intuitifs ». Et de souhaiter que le résultat de l’enquête puisse inspirer les décideurs à prendre des dispositions pour l’amélioration des conditions de vie des maliens.

En guise de conclusion, l’enquête rappel qu’en 2018, le président IBK a été réélu pour un second mandate avec 67% au second tour. Il regrette que ces deux dernières années ont marqué un déclin spectaculaire de sa réputation au milieu d’une explosion de mécontentement. Et d’ajouter qu’aucune seule cause évidente n’explique la chute du président Keïta.

Lassana

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates