lundi , 18 janvier 2021
Flash Info :
Accueil ==>> A La Une ==>> Quelle leçon de moralité avons-nous retenue sur les atteintes au droit à la vie et à l’intégrité physique ?

Quelle leçon de moralité avons-nous retenue sur les atteintes au droit à la vie et à l’intégrité physique ?

Des larmes ont coulé, des pleurs suite à la narration des évènements des survivants de massacre, de meurtre, d’actes de torture qui ont permis de voler leurs espoirs, piétiné leurs joies de vivre, basculer leur avenir pour les plonger au fond de l’incertitude et de la précarité qui sont encore plus destructrices que les violations racontées à l’occasion de la deuxième audience publique non judicaire  de la Commission vérité, justice et réconciliation tenue ce 05 décembre dernier.

Durant toute une journée d’audience, ces braves hommes et femmes qui malgré les atrocités subies, des violences, des tortures et des traitements inhumains, ont ouvert  leurs cœurs et parlé de leurs vécus au peuple malien. Un partage certes douloureux mais très important pour l’instauration d’une paix durable à travers la recherche de la vérité, la réconciliation et la consolidation de l’unité nationale et des valeurs démocratiques.

Les témoignages que nous avons entendus ne visaient  ne visaient ni à accuser tel ou tel régime, ni certains corps de l’Etat spécifiquement, ni même des groupes armés en particulier mais il s’agissait plutôt, de porter un regard introspectif sur nous-mêmes, afin de susciter une prise de conscience collective en tant que nation décidée à tirer les leçons du passé pour construire un avenir meilleur pour ses enfants.

Les récits des victimes que nous avons pu entendre étaient très émouvants comme celui du   9 juin 2019, le jour où a eu lieu le massacre de Sobane Da dans la région de Mopti qui a couté la vie à plus de 100 personnes. Des rescapés de ce drame, Lazare Dara et Isaac Dara racontent la scène : « Ce jour-là des hommes armés sont venus à motos entourer le village de Sobane Da et ont commencé à faire des tirs. C’était vers le soir. Les habilitants, apprenant le son des tirs, se sont réfugiés dans leurs habitations. Ces hommes armés ont d’abord emporté tous nos animaux. Après ils ont mis du feu aux greniers et incendié toutes les habitations en utilisant de l’essence. Malgré les cris des gens, ils n’ont pas cessé. Le lendemain, nous, rescapés et des habitants du village voisin avons compté les victimes. Elles étaient au nombre de 102 personnes. Parmi ces 102 victimes, j’ai perdu 14 membres de ma famille dont mon père et ma mère…Nous étions 8 personnes dans la chambre. Quand les hommes armés sont venus, ils ont mis des herbes (aliments bétail) sur le toit de la chambre, et ils ont mis le feu. J’ai été le seul survivant de cette scène »

Quant à Maïmouna Mohamed, une dame de Tombouctou, âgée de 27 ans est une victime de 2013. Cette dame affirme que son mari et un autre  touareg très connu à Tombouctou auraient été enlevés en 2013 à Tombouctou par des militaires maliens quand elle était au Niger chez ses parents. Quelques jours après l’enlèvement, elle a appris que son mari était détenu dans une prison à Goundam, d’autres disent à Ansongo. A ses dires, après six mois  on a appelé son père pour lui dire que son mari est mort.

 

Une autre victime de  Léré, région de Tombouctou en 1991 ajoute sur les émotions de la salle en racontant l’histoire de la mort de son père qui était infirmier à Niafunké. Il venait voir sa famille chaque mois. Il fut enlevé et emmené par des militaires maliens. Et c’est avec  un boucher que Mariam a appris que son père est tué. Mariam veut connaitre toute la vérité du meurtre de son père.  Quant aux rescapés d’Ogossagou, ils se disent victimes de l’attaque de « leurs voisins dogons en complicité avec l’Armée ». La tragédie a eu lieu le 23 mars 2019. À la veille de cette attaque, selon eux, il y a eu un affrontement entre les communautés dogon et peul vivant toutes les deux dans cette localité. Au lendemain de ce conflit, ont-ils ajouté, «trois véhicules militaires ont traversé leur village pour aller dans celui des Dogons». «C’est ainsi que dans la nuit, des hommes lourdement armés sur des motos sont venus attaquer notre village et y mettre le feu», ont raconté deux survivants.

A travers cette deuxième audience émouvante, ça été une catharsis pour les personnes affectées par les événements dramatiques qui ont jalonné la vie sociopolitique de notre pays. Nous avons su non seulement que ces victimes ont été délaissées à eux même sans l’assistance quelconque de l’Etat malien. Des victimes avec des peines perdues en abandonnant leurs villages après avoir tout perdu.  Même si notre histoire nationale a connu des épisodes douloureux, il faut aussi admettre que le pardon demeure une valeur cardinale de notre société. Il y a eu certes des blessures qui ont entamé le tissu social, mais nous devons reconstruire notre vivre ensemble sur la base de la vérité et de la justice qui ne doivent effrayer personne comme la souhaité toutes les victimes passées à la barre. Ces victimes semblent pardonner ces actes odieux car le pardon est une valeur cardinale dans notre société malienne. «Si un Dogon tue tous les Peuls, il n’a pas gagné, et cela, vice-versa» nous explique une victime. Elles ont néanmoins sollicité de l’État la prise en charge de leurs familles ayant «tout perdu suite à ces tragédies». Elles ont aussi demandé que les autorités prennent leurs responsabilités en désarmant tous ceux qui détiennent illégalement des armes. Pour cela l’Etat malien doit impérativement   remettre les victimes dans leur droit car chaque être humain à le droit de faire ce qu’il veut de sa vie, il est inconcevable qu’il soit privé de cette vie.

« Nous n’acceptons pas le banal de la violence car le Mali doit tourner la page douloureuse de son histoire malgré les blessures qui ont entamé son tissu social, les maliens doivent reconstruire le vivre ensemble sur la base de la vérité et la justice » Nous fulmine le Pm Moctar Ouane.

  • Bokoum Abdoul Momini

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates